Flamboyant et plein de nuances, le roux fascine et trace derrière lui un sciage fait de mythes, de croyances. Attribuée aux sorcières au Moyen-Âge et à bien d’autres spéculations au fil des siècles, cette couleur ne cesse de faire parler d’elle. Mais d’où vient cette fascination et pourquoi a-t-elle été associée à la sorcellerie ? On a consulté nos vieux grimoires pour y voir plus clair et voici ce qu’on a trouvé…

Le roux : cette couleur synonyme de rareté

Récemment ré-approprié par le mouvement féministe comme une figure de puissance positive et d’affranchissement de toutes les dominations masculines, le mythe de la sorcière a pourtant longtemps été synonyme de suspicion. Si personne n’a jamais réellement trouvé un lien scientifique entre rousseur et sorcellerie, les rouquins et rouquines étaient, à l’époque, source de méfiance. Cette appréhension est d’abord liée à des facteurs historiques qui s’ancrent dans un premier temps en Égypte Antique ou le dieu Seth, jugé « sanglant et manipulateur » était représenté avec une tête de sanglier, une queue fourchue et une chevelure rousse. Elle continue ensuite en Grèce Antique où le dieu Typhon, un « monstre cracheur de feu » s’affirme avec des cheveux roux flamboyants.

Ces deux mythes ont en réalité donné des réponses à ce que la science n’expliquait pas encore. Il se trouve que la rousseur est généralement héréditaire et dépend de facteurs comme les hormones ou le taux de mélanine présents dans le métabolisme. Sans parent roux, la probabilité qu’un enfant naisse avec cette couleur de cheveux n’est que de 3%. Un phénomène plutôt rare donc qui était, en ce temps où la science avait encore des lacunes, difficilement explicable. Aujourd’hui, la couleur rousse est de plus en plus plébiscitée par le monde de la beauté. De nombreuses rousses célèbres ont d’ailleurs aidé à populariser cette couleur de cheveux : Julianne Moore, Lily Cole ou encore l’iconique Mylène Farmer !

Une couleur associée au feu et à… Satan

Il existe toutes sortes d’histoires infondées concernant la rousseur. Et parmi les plus saugrenues, il y a des mythes plus bibliques que d’autres. Au Moyen-Âge, une histoire qui s’est répandue grâce au bouche à oreille raconte ainsi que les roux se seraient approchés de trop près des flammes de l’enfer avec l’aide du Diable. Près du feu, leur chevelure aurait ainsi pris la couleur de la braise, mais aussi celle du sang. Cet hypothétique pacte avec Satan les rendrait capables de vie ou de mort, de guérison ou de maladie. On leur prête même un pouvoir d’absorption d’énergie vitale… Des aptitudes que l’on pouvait retrouver, à l’époque, chez la guérisseuse ou le guérisseur de chaque village que l’on appelait aussi… Sorcière ou sorcier. La boucle est bouclée.

Une façon de distinguer les courtisanes des mères de famille

En 1254, Saint Louis, exige que toutes les courtisanes se teignent les cheveux en roux afin que l’on puisse les distinguer des mères de famille. Cette couleur est alors considérée comme celle « des feux de l’enfer et de la luxure ». Les rousses ont donc rapidement rejoint le rang des femmes craintes tout comme les mères célibataires, les femmes seules et les guérisseuses. Les hommes quant à eux, ont été un peu plus épargnés puisqu’ils ont été 20% à être brûlés sur le bûcher contre 80% des femmes.

En 2020 le roux est tendance, et c’est indiscutable !

Les croyances d’antan aujourd’hui dépassées, le roux n’a jamais été aussi tendance qu’en 2020. Chez Revamp Professional, on apprécie beaucoup le charme que confère une longue crinière rousse. Et nous avons surtout la solution pour les dompter sans les abîmer ! Grâce au lisseur sans fil en céramique Liberate Revamp Progloss (ST-2500), lissez vos cheveux tout en vous assurant de préserver leur santé. En effet, la technologie thermique à couche ultra-mince permet une chauffe et une récupération de chaleur ultra-rapides, pour une brillance et un éclat exceptionnel !

Découvrez notre page Instagram et Facebook pour plus d'astuces de soin naturels, tuto coiffures, actualités...